L’Eglise de Christ peut il observer annuellement la celebration de la pâque?

De la part de votre frère Octave, appelé à être prisonnier de Christ par la volonté de Dieu, que la grâce et la paix vous soient données de la part de Jésus Christ notre seigneur et sauveur.

Introduction IMG_6706_pp photo

Louer solennellement Jésus Christ, célébrer et proclamer son nom, sa forcé, son amour, sa victoire, sa grandeur, son règne, sa gloire, c’est honorer le sacrifice de Jésus Christ fait à la croix de Golgotha pour celui qui croira en lui.

Le fait de remercier avec la gratitude, a Jésus Christ voir même la manière de lui dire merci était écrit dans la loi de Moise  comme une ordonnance perpétuelle pour la mettre en pratique.

Oui dans l’Ancien Testament les Juifs célébré leur libération de l’Egypte.

<Voici les fêtes de l’Éternel, les saintes convocations, que vous publierez à leurs temps fixés.

Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l’Éternel.

Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain en l’honneur de l’Éternel; vous mangerez pendant sept jours des pains sans levain.(Levitique 23.4 – 6).

< Le quatorzième jour du premier mois, vous aurez la Pâque. La fête durera sept jours; on mangera des pains sans levain. Le prince offrira ce jour-là, pour lui et pour tout le peuple du pays, un taureau en sacrifice d’expiation. Pendant les sept jours de la fête, il offrira en holocauste à l’Éternel sept taureaux et sept béliers sans défaut, chacun des sept jours, et un bouc en sacrifice d’expiation, chaque jour.(Ezéchiel 45.21 – 24).

Oui dans le Nouveau Testament, il y a eu de célébrations de la pâque.

< Après l’avoir saisi et jeté en prison, il le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune, avec l’intention de le faire comparaître devant le peuple après la Pâque.(Actes 12.4).

 

La pâque est la fête Juive que Jésus Christ a institué le repas du Seigneur à partir de maintenant les Né de nouveau commémore à la mémoire de la mort de Christ qui s’est offert lui même comme notre agneau de la Pâque pour nos péchés.

<Le premier jour des pains sans levain, où l’on immolait la Pâque, les disciples de Jésus lui dirent: Où veux-tu que nous allions te préparer la Pâque? Et il envoya deux de ses disciples, et leur dit: Allez à la ville; vous rencontrerez un homme portant une cruche d’eau, suivez-le. Quelque part qu’il entre, dites au maître de la maison: Le maître dit: Où est le lieu où je mangerai la Pâque avec mes disciples?(Marc 14.12 – 16).

Christ instituant le repas commémoratif de sa mort et de sa résurrection, précisant comment sera commémoré sa mort par le nouveau né qui sont son église

<Car j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné; c’est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain,et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi.

De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez.

Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.(1 Corinthiens 11.23 – 26)

Toute observation d’une fête annuelle est basée sur la tradition humaine selon l’évangile Christ

<Jésus leur répondit: Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, ainsi qu’il est écrit: Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son coeur est éloigné de moi.

C’est en vain qu’ils m’honorent, En donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes.

Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes.

Il leur dit encore: Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition.(Marc 7.6 – 9)

L’évangile de Christ est contre à l’égard de toute observation annuelle de la mort et la résurrction de Christ

<Autrefois, ne connaissant pas Dieu, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature; mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore? Vous observez les jours, les mois, les temps et les années!

Je crains d’avoir inutilement travaillé pour vous.(Galates 4.8 – 11)

<Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.

Qu’aucun homme, sous une apparence d’humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu’il s’abandonne à ses visions et qu’il est enflé d’un vain orgueil par ses pensées charnelles, sans s’attacher au chef, dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu donne.

Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on ces préceptes: Ne prends pas! ne goûte pas! ne touche pas! préceptes qui tous deviennent pernicieux par l’abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes? Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu’ils indiquent un culte volontaire, de l’humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair.(Colossiens 2.16 – 23).

Donc nous devrions rendre grâce à Christ chaque jour par des actions de gràce

<Entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre coeur les louanges du Seigneur, rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ, vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ.(Éphésiens 5.19 – 21)

– Pour le reste, mes frères et mes soeurs en Christ, soyez dans la joie, chercher la perfection dans la foi en Jésus Christ.
Vivez dans la paix, dans l’amour et en plain accord avec Jésus christ.
Saluez tous les saints et tous mes lecteurs.
Que la grâce de notre seigneur et sauveur Jésus Christ soit avec vous tous. Amen!